INFO COVID-19 : la Bulgarie enregistre 422 414 cas depuis la début de la pandémie de coronavirus, soit une progression de 0,2% en 15 jours. Consultez les restrictions d'accès aux frontières sur le site du ministère des Affaires étrangères.
Bulgarie

Culture et histoire de la Bulgarie : connaître le pays avant son séjour !

histoire de la Bulgarie
Varna © ValentinValkov

Vous vous pressez volontiers sur les plages bulgares le long de la mer Noire ou dans les villes culturelles de Sofia et Plovdiv ? Mais que savez-vous vraiment de la Bulgarie ?

Annonce

Au carrefour de l’Europe occidentale, du Moyen-Orient et de la Méditerranée, la Bulgarie se dit émotionnellement proche de la Grèce, de l’Italie, de l’Espagne ou de la Croatie. En effet, elle partage des similitudes dans sa gastronomie ainsi que ses chants et danses traditionnelles. Pour tout savoir de la culture et l’histoire de la Bulgarie avant votre voyage, voici un résumé de points essentiels à connaître !

Histoire de la Bulgarie

De la civilisation Thrace au peuple bulgare actuel, la Bulgarie a connu de nombreuses péripéties. Libérée de la domination ottomane en 1878, son indépendance est officiellement proclamée le 22 septembre 1908. Des vestiges architecturaux et objets collectés dans les musées sont les riches témoins de la grande histoire de la Bulgarie.

Les peuples Thraces

Les Thraces font partie des plus anciennes civilisations d’Europe. Les théories sur ce peuple veulent qu’il s’agissait soit de cavaliers nomades soit d’un peuple constitué de diverses tribus fédérées par la langue et leurs coutumes, ayant vécu du IIIe millénaire avant J.-C. au IIe siècle avant J.-C. Le Musée d’histoire de Vratza conserve des trésors témoins de la vie des Thraces, tel que celui de Rogozen qui est constitué d’un ensemble de 165 réceptacles, 55 cruches et trois gobelets, tous richement décorés.

Veliko Tarnovo, capitale médiévale de la Bulgarie

À égale distance de Sofia, Plovdiv et Varna, Veliko Tarnovo est une ville significative dans l’histoire de la Bulgarie. Habitée dès la Préhistoire, elle devint à la fin du XIIe siècle la capitale du pays. La forteresse de Tzarevetz, ancien siège des rois bulgares médiévaux, témoigne de cette période historique. Avec ses deux donjons, son palais royal et ses 18 églises, elle est aujourd’hui un attrait touristique majeur où l’on peut d’ailleurs admirer un spectacle de son et lumière durant l’été.

Annonce
forteresse Tzarevetz
La forteresse Tzarevetz © Jess_Ivanova

Les monastères orthodoxes

Les monastères bulgares sont considérés comme des témoins « vivants » de l’histoire de la Bulgarie. On en compte plus de 160 à travers tout le pays. Durant des siècles d’histoire, ils ont été pillés, détruits et incendiés mais la plupart du temps reconstruits. Joyaux architecturaux, ils témoignent de la résistance du peuple bulgare dans les remous de leur histoire. Ils affirment aussi leur religion orthodoxe et permettent d’exprimer leurs talents architecturaux et artistiques, notamment à travers la multitude de fresques et d’icônes en bois peint.

Monastère Rila en Bulgarie
Le Monastère de Rila ©todoryankov

Culture de la Bulgarie

En Bulgarie, on parle principalement le bulgare (85%), le turc (9%) et le romani (4%) et on écrit avec l’alphabet cyrillique. C’est un pays très riche culturellement grâce notamment à son histoire, sa gastronomie, son artisanat, son patrimoine, ses arts visuels et de la scène ou encore sa capacité à s’ouvrir au tourisme.

L’iconographie

L’icône joue un rôle particulièrement important dans la culture et l’histoire de la Bulgarie. Dans la religion chrétienne orthodoxe, elle est en effet un élément essentiel lors des pratiques religieuses. Objet de vénération, les icônes peintes représentent des sujets religieux avec une signification culturelle. Zacharie Zographe est l’iconographe le plus réputé de Bulgarie. Ayant vécu au XIXe siècle, il a notamment réalisé une fresque à l’effigie des saints Cyrille et Méthode du monastère de Troyan et la « Roue de la vie » du monastère de la Transfiguration.

L’artisanat bulgare

Le musée ethnographique d’Etara, au centre du pays, est un ancien village et musée de plein air qui fait renaître l’artisanat des XVIII et XIXe siècles. Les métiers d’art attribués aux femmes étaient la couture, le tricot, le tissage et le travail des peaux et fourrures tandis que les hommes réalisaient de la poterie, de la coutellerie, des objets à usage ménager ou encore des instruments de musique. Cette maîtrise des arts et métiers continue de vivre : des couvertures et tapis de laine sont par exemple joliment réalisés avec des motifs géométriques colorés.

musée ethnographique d’Etara
Le musée ethnographique d’Etara © Dejan Gospodarek

Le yaourt bulgare

Mais pourquoi parle-t-on autant du yaourt bulgare ? En 1905, le chercheur bulgare Stamen Grigorov découvre l’existence des bactéries rendant possible la fermentation lactique qui donne toutes ses qualités nutritionnelles au yaourt. Ce yaourt brassé et crémeux est proche de la texture du yaourt grec et contient donc la lactobacillus bulgaricus, adorée de notre système digestif. Le savoir-faire des Bulgares dans le domaine du lait caillé était déjà prisé sous l’Empire ottoman. Aujourd’hui le yaourt bulgare est également un ingrédient de certains plats locaux, comme le tarator, une soupe froide consommée en entrée.


Géographie de la Bulgarie

Pays d’Europe de l’Est, la Bulgarie est membre de l’Union Européenne depuis 2007. L’euro n’y est pourtant pas en circulation : la monnaie en vigueur est le lev bulgare. Le décalage horaire est de +2h de Paris.

Annonce

Quelques données géographiques

La Bulgarie est une république parlementaire et démocratique. Le pays s’étend sur 110 944km2 et se décompose en 28 oblasti portant chacun le nom de la ville qui en est le chef-lieu. On peut d’ailleurs comparer ces divisions aux départements français. Le « préfet » correspond là-bas au « gouverneur général ». Les habitants qui peuplent le territoire, ont des influences variées (grecques, slaves, ottomanes ou encore perses) : 83% sont bulgares, 9% sont turcs et 5% sont Roms.

Des montagnes à la mer Noire

L’altitude en Bulgarie s’élève de 0 mètre sur la côte de la mer Noire à 2 925 mètres au mont Moussala dans le massif du Rila. Le Grand Balkan, le Rila et les Rhodopes sont les trois massifs montagneux qui atteignent une altitude moyenne de 2 000 mètres. À l’Est, le littoral de la mer Noire est long de 354 kilomètres. Le Danube quant à lui marque les 608 kilomètres de frontière avec la Roumanie.

plage Bulgarie
Rusalka © Neli

Les villes bulgares

Le taux d’urbanisation est assez important (environ 75%). Sofia, la capitale du pays, fondée au Ve siècle avant J.-C., est la ville la plus peuplée. Derrière, Plovdiv, capitale européenne de la culture en 2019 et Varna, ville côtière et portuaire, se disputent les places de deuxième et troisième villes les plus peuplées. En quatrième position, on trouve Bourgas, station balnéaire touristique de la mer Noire. La plus petite ville est Melnik, mais elle n’en est pas moins connue grâce à ces pyramides de sable.

les Pyramides de Melnik
Pyramides de Melnik © ffly

En étant maintenant conscient de la richesse du passé bulgare ainsi que de ses caractéristiques géographiques, il ne fait nul doute que vous découvrirez la Bulgarie avec un regard éclairé qui vous permettra d’apprécier pleinement votre séjour. Et bien sûr, ne manquez pas notre choix de 10 visites incontournables à faire en Bulgarie !

Annonce

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.