France

Tourisme et handicap : des vacances adaptées à tous

En France, l’accueil des handicapés est peu intégré par les professionnels du tourisme. Les choses changent avec le label Tourisme et handicap.

Les handicapés sont des touristes comme les autres !

Peut-être avez-vous remarqué qu’en France, l’accessibilité des lieux de vacances aux handicapés n’était pas naturellement intégré par les professionnels du tourisme. Aujourd’hui, une loi impose la prise en compte des handicaps à tous les établissements touristiques. En passant les frontières, on s’aperçoit que nous avons encore beaucoup de chemin à parcourir.

Expérience québécoise

Jérémie, tout juste titulaire de son diplôme d’école de commerce, décide de partir en vacances au Québec, à Montréal. Ce jeune homme, bien sous tous rapports, se déplace en fauteuil roulant depuis un accident de la route. Son premier réflexe, voyager avec Air France. La compagnie française a lancé en l’an 2000 le programme S.A.P.H.I.R. , Service d’Assistance aux Personnes Handicapées pour les Informations et les Réservations, qui accompagne ses clients handicapés avec des réductions pour des services ou du personnel mobilisé si nécessaire.

Mais ensuite, sur place et contrairement à ce qu’il avait pu vivre en France, il a été très agréablement surpris par l’attitude des commerçants québecois. Il raconte : « Un soir, dans le Vieux-Montréal, j’étais devant un restaurant avec mon ami, comme d’habitude, à hésiter devant la marche pour entrer. Le patron est alors sorti et a installé une rampe pour mon fauteuil. Je n’avais jamais vu ça en France. Vous êtes un client comme les autres m’a-t-il dit. ». Et effectivement, tous les témoignages autour de moi concordent, le Québec est, à l’instar des pays anglo-saxons, très en avance pour l’accueil des handicapés, surtout par rapport à la France.

Dans l’Hexagone on observe des progrès

Une loi votée il y a une dizaine d’années en france souligne pourtant que « l’accès aux vacances et aux loisirs pour tous est un droit fondamental inscrit dans la loi dite de lutte contre les exclusions du 29 juillet 1998 ».

Elle est malheureusement si peu suivie que le ministère du Tourisme le reconnait, le taux de départ en vacances des handicapés est faible, d’où la création du label « Tourisme et Handicap ». Signalés par un « panonceau » spécifique, les musées, les sites remarquables, les monuments historiques, les établissements touristiques « Tourisme et Handicap » s’engagent à rendre leurs infrastructures accessibles aux handicapés.

Depuis, dans de nombreuses régions, des maisons d’hôte, des hôtels, des résidences de tourisme se sont mis en conformité afin d’obtenir ce label.
La plupart figurent d’ailleurs sur le site Guide Accessible qui recense les sites touristiques adaptés en France.

L’un des exemples réussis de cette adaptation progressive des professionnels du tourisme en France est l’aménagement de la plage de Villès Martin à Saint Nazaire : 2 fauteuils roulants amphibies (usage gratuit) et un chalet adossé au poste de secours sont disponibles. Des sanitaires adaptés sont implantés à proximité sur la plage, et la douche est accessible grâce à un revêtement au sol facilitant les déplacements en fauteuil.

Néanmoins, beaucoup de progrès restent à faire car, pour paraphraser le sympathique aubergiste québécois, une personne handicapée est un touriste comme un autre, ni plus ni moins.

Crédits photos :
© Oquendo – Creative Commons

1 commentaire

Répondre à handicap-vacance X