Tunisie

Tunisie : entre mer et désert

Désert et oasis

La Tunisie est un pays de sables : le sable des côtes, sur lesquels il fait bon s’allonger tout en écoutant les vagues s’écraser contre le littoral, et le sable du désert. Le Sahara est néanmoins riche de différents paysages, d’oasis et de roches. Qui a dit que le désert était monotone ?

Oasis dans le désert de Tunisie

L’erg, le désert de sable

Le Sahara est le plus grand désert du monde. Il impose à toute l’Afrique du nord ses crêtes et ses collines de sable. En Tunisie, il s’étend sur 400 km de long et 140 de large, limité par le Chott el Djerif et le massif de Matmata. Son relief n’est pas très élevé, puisque dans ce pays, les dunes varient de 100 à 300 mètres de hauteur.

La Tunisie offre les plus belles photos de dunes qui soient. Si le vent est d’humeur taquine, il balaiera le sommet de quelques unes d’entre-elles. C’est grâce à lui que les paysages sablonneux sont extrêmement mouvants.

Montagne, rocaille et chotts

Parfois, vous franchirez des espaces caillouteux : ce sont les ergs, sur lesquels poussent parfois quelques palmiers, signe que l’eau existe quelque part sous vos pieds.

D’autres fois, vous vous trouverez confronté àagrave; des surfaces de couleur blanche. Ce sont les chotts. Le Chott el Djerif, qui délimite une partie du désert tunisien, est une immense mer de sel s’étendant à perte de vue.

Un chott est une cuvette dans laquelle l’eau salée s’assèche et laisse de véritables croutes de sel. C’est là que se produisent la plupart des mirages. L’eau s’évapore constamment, et la forte salinité associée aux rayons du soleil crée des images trompeuses. Sitôt que les yeux cessent de fixer l’horizon, le mirage s’interrompt.

Le désert est donc une immense étendue minérale où l’air est des plus purs. La nuit, abritez-vous dans un sac de couchage et observez les étoiles scintiller dans le ciel. Un spectacle à couper le souffle, car, dans le désert, la pollution lumineuse n’existe naturellement pas.

Un Chott en Tunisie

L’eau, les oueds et les oasis

Par endroits, le désert est traversé d’oueds, ces cours d’eaux éphémères. En cas de fortes pluies, ces grandes étendues de boue sèche peuvent charrier des trombes d’eau, rendre le train boueux et à éviter dans tous les cas.

L’eau attire également les berbères, un peuple de nomades. Ils se constituent en villages autour de points d’eau. Ce sont les oasis, des espaces où un peu de culture est possible : palmiers-dattiers, ainsi que de l’élevage et quelques activités touristiques. En Tunisie, il existe trois types d’oasis : les oasis maritime, désertiques et montagnardes.

La plupart sont situées dans les montagnes et servaient aux Romains de base de défense lorsqu’il s’agissait de parer aux assauts ennemis. Trois d’entres-elles sont situées dans les montagnes du Jebel el Nagueb : Chebika, Tamerza et Midès. Tamerza, l’une des plus connues, est située sur un ancien fort romain qui servait à protéger les frontières. A Midès, vous pourrez voir un vertigineux canyon, qui à lui seul, vaut largement le détour.

D’autres se trouvent en plein désert, comme celle de Ksar Ghilane, alimentée par une source d’eau chaude. Tozeur et Nafta sont également très connues. Ces oasis sont situées dans un climat aride et courent souvent le risque d’ensablement.

Enfin, les pieds dans l’eau, les oasis maritimes valent également la visite. L’une des plus connues est celle de Djerba, mais d’autres sont tout aussi fameuses, comme celle de Gabès, qui s’étire paresseusement le long des côtes méditerranéennes.

Une Méharée

Pas si désert que ça : rencontres et randonnées

Le désert est peuplé de serpents et de scorpions. Cependant, ils hibernent de novembre à avril, et ne vous embêteront pas si vous marchez chaussé, de jour et en respectant quelques autres règles d’usages que vos guides ne manqueront pas de vous rappeler.

Il est possible d’effectuer des randonnées dans le désert. Vous serez alors guidés par des bédouins qui vous montreront comment les peuples nomades survivaient parmi ces grandes étendues désertiques. Ces sorties peuvent se faire en 4×4 ou, plus atypique, à dos de chameau. Ce type de randonnée est appelé méharée.

Crédits photos :
© Veronique Debord – Creative commons
© Fif’- Creative commons

Laissez un commentaire