* Monde *

Voyagez dans les plus beaux trains du monde

Faites un voyage de rêve à bord de trains comme l’Orient-express, du Transsibérien et découvrez les paysages de Paris à Vienne, de Moscou à Pékin.

Retour express vers le début du XXème siècle

Les voyages en train permettent d’allier splendeur des paysages, une temporalité ralentie, le goût de l’aventure et parfois le luxe d’un service digne des plus grands palaces. Un cocktail de rêve unique !

 

Du luxe…

Commençons par les destinations européennes. Le train le plus connu, notamment grâce au roman d’Agatha Christie, est l’Orient-Express. A sa création, il permettait de traverser l’Europe de Londres (en réalité depuis Calais) à Istanbul. Aujourd’hui, ce train existe toujours mais il propose uniquement le très romantique trajet ParisVenise (Simplon-Orient-Express) et, pour quelques temps encore, Paris-Vienne (Autriche). Pour les férus d’histoire, lisez l’excellent article de l’Orient-Express sur Wikipédia qui vous donne un bon aperçu des charmes d’un tel voyage.

Pour les amateurs de service « à l’anglaise » c’est le plus beau train du monde … Voilà un convoi qui ne transporte que 36 passagers à chaque voyage à travers les lointaines terres d’Ecosse. Dans le Royal Scotsman, cela sent le vieux bois, la cire, le malte des grands Whiskys, le cuir des malles de voyages. Dépaysement et voyage à travers le temps garantis dans les highlands.

Sur le continent Nord-Américain, au Canada, une ligne de luxe, la Royal Canadian Pacific, a été conservée. Elle se « limite » au trajet Calgary-Vancouver, une excellente manière de plonger dans la nature canadienne : forêts, lacs, montagnes à perte de vue.

Et de l’aventure…

Toujours dans les destinations de rêve, on pourra choisir la traversée de la Russie avec le célèbrissime Transsibérien, départ de Moscou ou St-Petersbourg, arrivée plusieurs jours plus tard à Vladivostok, au fin fond de la Sibérie. Attention, le Transsibérien est bien moins luxueux que l’Orient Express. Même en première classe, on partage son compartiment. Le voyage est long et peut être difficile. On s’approche plus du voyage d’aventuriers ou de reporters du début du siècle dernier comme Albert Londres.

L’intérêt d’aller jusqu’à Vladivostok est de pouvoir bifurquer vers la Chine, vers Pékin (pensez à y visiter les installations des JO de Pékin !) afin de récupérer le Shangri-La Express qui permet d’emprunter la célèbre route de la soie et de revenir vers Moscou dans des conditions moins rudimentaires. Attention, il faut compter plus de 15 jours pour ce trajet. Mais, c’est un des charmes du train… on prend son temps.

Crédits photos :
© THINKSTOCK LLC / Jupiterimages

Laissez un commentaire